MyBotsBlog -7 days report

Chronologie Tue Jun 11 12:00:12 CEST 2019
07/06/19 Yanous ! Espace Parents et handicap. Violences sexuelles dans les institutions. [yanous]
04/06/19 Les comorbidites, une piste pour stratifier les jeunes patients autistes [lequotidiendumedecin]
04/06/19 Twitter s'attaque a l'infox avec l'acquisition de Fabula AI [zdnet]


Stratégie d'Influence et de Contre-influence ,Tendances
Twitter s'attaque a l'infox avec l'acquisition de Fabula AI [zdnet]

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
Yanous ! Espace Parents et handicap. Violences sexuelles dans les institutions. [yanous]

Uncategorized
Les comorbidites, une piste pour stratifier les jeunes patients autistes [lequotidiendumedecin]

Stratégie d'Influence et de Contre-influence ,Tendances
Twitter s'attaque a l'infox avec l'acquisition de Fabula AI 04/06/2019

«"Améliorer la santé de la conversation". Voici comment Twitter vante les mérites de sa toute dernière acquisition. Il s'agit de Fabula AI, une start-up basée à Londres spécialisée dans l'analyse approfondie des graphes en utilisant l'apprentissage automatique. Twitter compte s'appuyer sur cette technologie pour améliorer sa lutte contre les infox et le spam notamment en extrayant des signaux à partir des relations et interactions détectées dans le graphe. Un outil qui devrait s'avérer primordial alors que les Etats-Unis s'acheminent vers la campagne pour l'élection présidentielle de 2020.»...

<< Sommaire | Catégorie
zdnet

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
Yanous ! Espace Parents et handicap. Violences sexuelles dans les institutions. 07/06/2019

«Violences sexuelles dans les institutions. Une mission sénatoriale reproche aux trois plus importantes associations gestionnaires d'établissements pour enfants et jeunes handicapés de ne pas se mobiliser à la hauteur des enjeux. Qu'en disent leurs représentants ? "Nous n'avons pas perçu de la part des trois grandes associations qui fédèrent les établissements et services pour handicapés, l'APF France Handicap, l'Unapei et l'Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh), une réelle prise en compte du problème des violences sexuelles sur mineurs à hauteur de l'enjeu".»
[...]
« "Nous n'avons pas perçu de la part des trois grandes associations qui fédèrent les établissements et services pour handicapés, l'APF France Handicap, l'Unapei et l'Association pour adultes et jeunes handicapés (Apajh), une réelle prise en compte du problème des violences sexuelles sur mineurs à hauteur de l'enjeu". La sénatrice socialiste Michelle Meunier était sévère lors de l'examen et l'adoption, le 28 mai dernier, d'un rapport du Sénat relatif à la répression des infractions sexuelles sur les mineurs. "Nous avons tenté d'organiser une table ronde sur le handicap avec les associations concernées mais seule l'une d'entre elles a répondu à notre invitation", relevait en séance le 7 mai la présidente de la Mission, la sénatrice Catherine Deroche. Le rapport souligne les actions de prévention réalisées par l'Education Nationale et les organismes d'accueil collectif de mineurs, et relève des lacunes, dont celles d'associations gestionnaires d'établissements et services pour jeunes handicapés : "La mission d'information est particulièrement préoccupée, à l'issue de ses six mois d'investigation, par le décalage qu'elle a perçu entre la vulnérabilité des mineurs handicapés, public fragile et peu à même de dénoncer, et la faiblesse des contrôles effectués au moment du recrutement par les établissements et services sociaux et médico-sociaux qui les accueillent." Il met notamment en cause l'absence de demande de consultation du fichier des délinquants et criminels sexuels (FIJAISV) et une confusion entre les bulletins de casier judiciaire pouvant être consultés. Qu'en disent les trois organisations mises en cause ? Confusions à la Fédération Apajh. Pour ce qui concerne la Fédération des Associations pour Adultes et Jeunes Handicapées (Apajh) dont plus d'un tiers des 700 établissements médico-sociaux reçoivent des enfants ou jeunes mineurs, le rapport est sévère : "Quant aux réponses écrites de l'APAJH, elles révèlent que le sujet des violences sexuelles n'est pas une préoccupation majeure dans ses établissements : l'association ne dispose pas d'éléments permettant de faire état de la particulière vulnérabilité des mineurs handicapés et il n'existe pas de formation systématique des professionnels au sein de cette fédération sur la détection et la prévention des violences sexuelles." »...

<< Sommaire | Catégorie
yanous

Uncategorized
Les comorbidites, une piste pour stratifier les jeunes patients autistes 04/06/2019

«Les enfants atteints d'autismes sont souvent atteints d'autres pathologies avec de grande variation en termes de sévérité et d'âge de début. Or « la présence de ces comorbidités modifie grandement la présentation clinique de l'autisme et une meilleure compréhension de ces pathologies pourrait améliorer le diagnostic et les protocoles thérapeutiques », affirment les chercheurs de l'institut polytechnique Rensselaer, à New York, dans un article publié dans la revue « Autisme Research », proposant une nouvelle classification des patients sur la base de leur comorbidité. Ces dernières pourraient effet être le reflet de mécanismes physiopathologiques distincts et donc d'étiologies particulières de la maladie. Pour établir leur classification, les chercheurs ont mené une étude rétrospective sur une cohorte de 3278 enfants, suivis pendant au moins 5 ans et présentant des troubles du spectre autistique (TSA). Leurs données ont été collectées entre 2000 et 2015 via les bases de données d'assurances privées américaines de santé. Ces enfants ont été comparés à une cohorte témoin de 279693 enfants de la population générale sans TSA.»
[...]
«Trois groupes distincts Les prévalences de toutes les comorbidités étaient significativement plus élevées dans la cohorte des enfants présentant des TSA, que chez les enfants de la population générale, et tout particulièrement pour ce qui concerne les troubles du développement, les troubles psychiatriques, l'épilepsie et les troubles du sommeil. Les données d'apparition des symptômes furent ensuite analysées par un algorithme dont l'objectif était d'identifier des patterns communs à de larges groupes de patients. Trois ensembles ont été ainsi identifiés : un premier groupe (23,7 % de la cohorte) caractérisé par un fort taux de comorbidités, un second caractérisé par un taux intermédiaire (26,5 %), et un troisième groupe ayant une prévalence faible et rassemblant la moitié des patients. Dans ce dernier groupe, seuls les retards du développement étaient significativement plus fréquents que dans la population générale. C'est aussi dans ce 3e groupe que le diagnostic de l'autisme est, en médiane, le plus tardif. Cette dernière observation s'expliquerait, selon les auteurs, par le fait que ces patients sont moins souvent en contact avec le système de santé. Les auteurs préconisent la tenue de travaux pour évaluer une éventuelle relation statistique entre la fréquence des comorbidités et la sévérité des TSA. L'analyse statistique indique également que certaines comorbidités ont tendance à apparaître au cours des mêmes périodes de temps. C'est ainsi le cas des troubles gastro-intestinaux et des pathologies auto-immunes d'une part et de l'épilepsie et des troubles du sommeil d'autre part. Cette observation conduit les chercheurs à s'interroger sur des mécanismes communs qui lieraient ces pathologies entre elles et à l'autisme. Les catégories proposées par les chercheurs de l'Institut polytechnique Rensselaer « pourraient constituer la base d'un système de classification de différents sous-types d'autisme », affirment les auteurs. Un tel système de classification serait pertinent pour améliorer le recrutement des patients dans les programmes de recherche fondamentale et de recherche clinique. »...

<< Sommaire | Catégorie
lequotidiendumedecin