MyBotsBlog -7 days report
Chronologie Thu Dec 14 22:00:02 CET 2017
07/12/17 Defaut de prise en charge au Centre Alissa pour autistes a Aubry-du-Hainaut ce mercredi 06 decembre [va-infos]

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
Defaut de prise en charge au Centre Alissa pour autistes a Aubry-du-Hainaut ce mercredi 06 decembre [va-infos]

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
Defaut de prise en charge au Centre Alissa pour autistes a Aubry-du-Hainaut ce mercredi 06 decembre 07/12/2017

«Patrick Bera, parent d'un enfant autiste : « C'est un appel au secours pour nos enfants ! » Depuis 2012, un SESSAD a vu le jour sur Aubry-du-Hainaut. Certes, le local fourni gracieusement par la commune d'Aubry-du-Hainaut constituait une première étape, car l'objectif d'un nouveau centre à la hauteur de l'enjeu était dans les cartons. Avec l'appui de la sénatrice Valérie Létard, de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, le projet Alissa s'est concrétisé avec la construction d'un superbe établissement sur la même commune. Cette histoire fut rendu possible grâce à l'agrégation d'une association de gestion, l'AFG, spécialisée dans l'exploitation des centres pour autistes. L'ouverture de ce nouveau centre, avec 10 places pour l'IME, et 20 places pour le SESSAD, s'est déroulée en décembre 2015, jamais une inauguration n'a eu lieu. Par contre, parents et professionnels sont unanimes sur la qualité de cet équipement, c'est une pépite rare. Odile Dewever, la directrice à l'époque, a porté ce projet durant des années, puis en juillet 2016 est partie via une rupture conventionnelle. Depuis cette date, aucun recrutement n'est intervenu pour remplacer un poste à responsabilité en charge d'une dizaine de professionnels, pour chaque service composé en partie de personnel éducatif et paramédical pour l'IME et le SESSAD. Et la fin de l'histoire est...¦ « aucun accueil ce mercredi à 9H, il a été retardé. Ce ne fut qu'une garderie au final, aucune prise en charge de notre enfant Valentine. A midi, un camion est venu livrer des pizzas...¦ », commente Bénédicte Bera. « Lorsque vous êtes devant une porte close d'un centre pour l'accueil des enfants en IME, voire SESSAD, vous vous posez des questions ! », poursuit-elle.»
[...]
«Cette situation vient sanctionner une gestion des effectifs troublantes par l’AFG. « Elle découle d’une vacance de la direction. Il n’y a pas de capitaine dans le bateau depuis 18 mois ! », commente Patrick Bera. De plus, la situation s’est accélérée ces derniers mois. De juillet 2016 à juillet 2017, la chef de service était devenue la directrice par intérim. « Elle avait toujours indiqué qu’elle ne voulait pas, à terme, devenir la directrice du Centre Alissa. Pourtant, la direction d’AFG a obtenu son accord pour prendre ce poste cet été. Depuis septembre 2017, elle est en arrêt maladie, ou plutôt en burn-out », souligne Patrick Bera. « Je pense que l’on ne la reverra plus du tout », ajoute Bénédicte Sera. La conséquence directe est une accélération des difficultés « depuis ce mois de septembre. Les arrêts maladie tombent en cascade, la seule cadre (la psychologue) est toujours en formation, ou en réunion, et se trouve régulièrement absente (comme aujourd’hui, voire revenue en catastrophe) », ajoute Patrick Bera. Isabelle Jadas, présidente du CVS (Conseils de la Vie Sociale) claque sans détour : « Il est anormal que le Centre Alissa n’est pas de direction depuis 18 mois. L’AFG minore la situation, tout se passe bien selon eux. En juillet 2016, ils ont voulu tout simplement récupérer le contrôle ! » « A force de tirer sur la corde, nous sommes à bout. Cette situation nous déchire. On colmate depuis des mois. Nous sommes en autonomie depuis 18 mois. Bien sûr, les problèmes se sont accentués depuis septembre 2017 et l’arrêt de la chef de service. Elle avait toujours indiqué qu’elle ne voulait pas embrasser la fonction de direction », explique Sylvie (un pseudo), une salariée du Centre Alissa. « D’un autre coté, je n’ai jamais connu une défaillance vis à vis de mon enfant », souligne Anne-Laure Lemoine, un parent d’enfant autiste. Ce factuel constitue l’élément tangible sur lequel s’appuie AFG ! Cela permet du coté de Paris de se dire-Tout va bien à Aubry, car « l’AFG compte sur notre conscience professionnelle pour faire face à leur carence de management », précise Patricia (un pseudo), une autre salariée. La direction de l’AFG, non joignable ce mercredi 06 décembre, évoque devant les parents une difficulté à recruter une compétence en charge du Centre Alissa sur Aubry-sur-Hainaut. On pourrait prendre pour argent comptant cet argument quelques mois plus tard, mais 18 mois…c’est étonnant, car la chef de service promue cet été ne voulait pas de ce poste. AFG le savait d’où son arrêt maladie dans la foulée… ! D’ailleurs, chose surprenante « on nous dit qu’un recrutement est en cours. Aujourd’hui, 06 décembre, vous n’avez aucune annonce d’offres d’emploi pour le Centre Alissa sur leur propre site internet, alors qu’ils en existent pour d’autres structures », poursuit Patrick Ber »...

<< va-infos


Powered by Igentia