Home | Admin | Add Entry | About |

02 28 2012 15:18:23

Climategate inverse : un scientifique avoue

«Depuis le 14 février, circulent sur la toile des documents internes au Heartland Institute. Ils décrivent les méthodes de lobbying employées par cet organisme américain influent, très en pointe sur la défense des positions climato-sceptiques. Un article du Monde détaille ce que certains appellent déjà le "Heartlandgate". Il est celui par lequel le scandale est arrivé. L'hydrologue Peter Gleick, un scientifique reconnu, a affirmé sur son blog hébergé par le Huffington Post être à l'origine de la fuite de documents internes du Heartland Institute, fer de lance du combat climato-sceptique américain. "Début 2012, j'ai reçu par mail un document anonyme qui décrivait ce qui semblait être les détails de la stratégie du programme du Heartland Institute", écrit-il le 20 février.Il précise ne pas connaitre la source qui lui a envoyé les documents, qu'il a à son tour fait circuler, en les remettant à différents journalistes et experts. C'est le site Desmogblog, spécialisé dans la collecte de ressources sur le réchauffement climatique, qui a publié en premier les documents. Ils ont ensuite largement circulé sur le net.»...
Source: http://www.arretsurimages.net | Source Status Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence | Admin | Cache

02 28 2012 10:38:11

La grippe aviaire, plus courante que l'on ne le pensait ?

«Une étude américaine publiée jeudi avance que cette maladie rare qui tue plus de la moitié des personnes touchées pourrait être plus courante mais moins mortelle qu'on ne le pensait. De quoi atténuer les craintes d'une possible pandémie. H5N1. Pendant des mois, ce sigle a semé la panique parmi les scientifiques. La grippe aviaire, maladie rare, avait alors tué plus de la moitié des personnes touchées. Mais une étude publiée jeudi dans la revue Science avance que le virus serait en fait moins grave qu'annoncé. .../...Des chercheurs de l'école de médecine Mount-Sinai à New York ont mis en évidence que la grippe aviaire pourrait être bien plus courante et moins mortelle qu'on ne le pensait. En analysant 20 études internationales qui reposaient sur des tests sanguins effectués sur près de 13.000 participants dans le monde, ils se sont rendus compte qu'entre 1 et 2% des participants montraient des signes d'une infection passée de la grippe aviaire. En d'autres termes, des millions de personnes dans le monde auraient donc pu être infectées par le virus H5N1 sans le savoir.» [...] «Selon l'Organisation mondiale de la Santé, 573 personnes auraient été infectées dans 15 pays depuis 2003. Selon les chiffres officiels, 58,6% des gens touchés en sont morts. Les chercheurs estiment que l'OMS aurait pu mal appréhender la réalité de la situation en ne s'intéressant qu'aux infections qui ont donné lieu à des hospitalisations et à des symptômes sévères. "Nous suggérons qu'une grande enquête plus approfondie, menée à une échelle plus large et respectant une approche standardisée, permettrait de mieux estimer le nombre total d'infections H5N1 qui ont touché des humains", demandent les auteurs de cette recherche. »...
Source: http://lci.tf1.fr | Source Status Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances | Admin | Cache

02 27 2012 13:42:35

Wikileaks publie 5 millions de donnees du cabinet de renseignements Stratfor

«Le portail Wikileaks annonce la publication d'une série de documents baptisée « Global Intelligence Files ». Ces dossiers regroupent pas moins de 5 millions d'e-mails de Stratfor, un cabinet privé américain de renseignement. Wikileaks accuse le cabinet américain Stratfor de fournir des informations d'ordre privé à des agences gouvernementales (la Défense américaine, le corps des Marines...) ainsi qu'à plusieurs sociétés comme Lockheed Martin, Northrop Grumman ou encore Raytheon. Le portail publie 5 millions d'e-mails envoyés entre 2004 et décembre 2011 par le cabinet et considère que cette entité dispose de plusieurs réseaux d'informateurs chargés de livrer diverses informations à d'autres organes de renseignements. Wikileaks ne livre pas le contenu de ces courriers électroniques mais explique que ces données sont la preuve que « cette société cultive des liens très proches avec les agences gouvernementales américaines et d'anciens membres du gouvernement du pays ». Ces données ont, semble-t-il, été obtenues suite à une attaque informatique dirigée contre les installations du cabinet de renseignements lors des dernières fêtes de Nol. Des hackers avaient en effet revendiqué avoir mené une attaque à l'encontre des serveurs hébergeant le site de ce cabinet privé américain de renseignement #Stratfor#. Ils indiquaient avoir découvert de nombreuses adresses e-mail de responsables britanniques et américains mais également d'autres données non-chiffrées. A l'époque, des spécialistes en sécurité précisaient que certaines informations publiées devaient être qualifiées de sensibles et pouvaient jouer en la défaveur des responsables en cause. Selon Owni, l'un des partenaires de Wikileaks, Stratfor aurait mis en place un système de qualification des informations qu'il publie. « La note A sanctionne une information qu'on 'ne peut trouver nulle part ailleurs' et la note B une information disponible uniquement dans des cercles limités », commente le site. De son côté, Wikileaks annonce que la signification de certains de ces e-mails sera connue dans les prochaines semaines.»...
Source: http://www.clubic.com | Source Status Categories: Vulnérabilités Informationnelles,Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Vulnérabilités Informationnelles,Tendances | Admin | Cache

02 15 2012 13:58:11

Le Senat vote le ''haut debit pour tous''

«Le Sénat a adopté aujourd'hui à l'aube une proposition de loi (PPL) visant "à assurer un véritable haut débit pour tous", texte vivement contesté par la plupart des opérateurs et le gouvernement. A l'issue d'un débat long et animé, la PPL de Hervé Maurey (Union Centriste) et Philippe Leroy (UMP) a été votée par les groupes PS, centriste, écologiste, RDSE (à majorité radicaux de gauche). Le CRC (communiste) s'est abstenu et la très grande majorité de l'UMP a voté contre. Un texte très technique Le texte, très technique, de 25 articles vise selon Hervé Maurey (Eure) à "remédier à la situation actuelle, caractérisée par un désengagement de l'Etat, une liberté totale accordée aux opérateurs, et des collectivités territoriales bridées dans leur possibilité d'agir" pour la couverture et le déploiement en haut et très haut débit. Il élargit les compétences des schémas directeurs territoriaux d'aménagement numérique (SDTAN) établis à l'échelle des départements ou régions et leur donne un caractère contraignant afin que les opérateurs "soient réellement liés par leur contenu et leurs propres engagements".»...
Source: http://www.lefigaro.fr | Source Status Categories: Haut Débit,Veille Reglementaire


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Haut Débit,Veille Reglementaire | Admin | Cache

02 13 2012 15:44:48

Nadine Morano dement l'achat d'abonnes sur Twitter

«Le succès de Nadine Morano sur Twitter, qui comptabilise plus de 53 600 abonnés, suscite toutes les interrogations. Dernière en date : la ministre chargée de l'Apprentissage a-t-elle acheté certains de ses abonnés ? «Non je n'achète pas de followers c'est grotesque», dément la principale interéssée sur Twitter. Nadine Morano, son spa et Eric Besson Depuis son inscription fin 2011, Nadine Morano est devenue une attraction sur le réseau social. Compte-rendu anecdotique de ses déplacements, coups de griffes contre la gauche en général et François Hollande en particulier, plaidoyer pour la politique gouvernementale et louanges au président... ses mini-messages sont scrutés et son franc parler crée souvent la polémique. Avec ses 53 000 «twittos» (NDLR : personnes qui la suivent), elle dépasse bon nombre de candidats déclarés à l'élection présidentielle - François Hollande excepté. Ce qui n'a pas échappé à certains internautes. 2 000 euros les 60 000 abonnés Car il est en effet possible d'acheter des faux comptes pour gonfler sa popularité, comme le révèle ce jeudi le site du «Nouvel Obs». Il s'agit, explique le site, de «logiciels spécifiques payants (environ 2 000 euros les 60 000 followers)», qui fabriquent des «faux comptes, également appelés "bots" (robots)». Ces comptes ont pour point commun d'avoir été créés peu de temps avant leur abonnement (le jour même, la veille ou l'avant-veille), la plupart d'entre eux n'ont pas de photo de profil et, surtout, ils ne tweetent pas, et ils ont peu ou pas d'abonnés. Pour repérer ces faux, des outils existent. Et ce jeudi, un internaute a mis en ligne sur le site Pasbin le détail des derniers abonnés au fil Twitter de la déléguée générale de l'UMP. Il explique : «Sur les derniers 2 174 followers de Nadine Morano, 438 sont des comptes avec 0/1 tweet et/ou 0/1 follower, ces 438 comptes ont été créés hier, avant-hier, avant-avant-hier,... doucement mais régulièrement». Face à ces accusations, Eric Besson ironise : «Si c le cas, Nadine j'en ai à vendre», écrit-il sur son compte Twitter. «Faux ! Encore une histoire totalement farfelue», lui répond Nadine Morano. Faux abonnés ou simples nouveaux arrivants ? A y regarder de plus près, d'autres personnalités politiques sont en effet concernées par l'arrivée de «followers» au profil «vide».»...
Source: http://www.leparisien.fr | Source Status Categories: Stratégie d'Influence et de Contre-influence ,Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Stratégie d'Influence et de Contre-influence ,Tendances | Admin | Cache

02 09 2012 11:26:12

Web 2.0 : Dassault Systemes rachete Netvibes

«Dassault Systèmes annonce le rachat de Netvibes, une société Internet de la vague 2.0 spécialisée dans les technologies d'agrégation RSS et l'analytique sociale sémantique. Le montant de la transaction n'a pas été précisé. Bernard Charles, P-DG de la filiale Dassault dédiée à l'édition de logiciels 3D et PLM #gestion de cycle des produits#, entrevoit des perspectives liées à l'analyse de l'e-réputation des marques. « Netvibes est l'idéal pour notre plate-forme 3D Experience. Il va agréger, depuis des milliers de sources, les informations liées aux produits, services et expériences utilisateur. » A l'origine, Netvibes avait été créé en septembre 2005 par Tariq Krim sur le nouveau segment des pages d'accueil personnalisables. Après avoir monté en puissance en pleine émergence du 2.0, le Net-entrepreneur a pris du recul en mai 2008 sur fond de divergence stratégique #tout en restant actionnaire#. Le DG Freddy Mini prend alors les commandes. « Tout l'enjeu pour Netvibes, c'est de devenir adulte sans perdre son âme » , avait déclaré à l'époque Pierre Chappaz, investisseur et ancien co-dirigeant de la start-up. Son siège social est délocalisé à San Francisco, mais ses équipes techniques restent implantées dans l'Hexagone. En sept ans d'existence, la société Internet a levé 16 millions de dollars, notamment auprès de fonds comme Accel Partners et Index Ventures. Au dernier pointage, Netvibes revendique quelque 4 millions d'utilisateurs #essentiellement des particuliers# réunis, en sept ans d'exercice, sous la bannière de son offre gratuite.»...
Source: http://www.itespresso.fr | Source Status Category: Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Tendances | Admin | Cache

02 09 2012 11:17:23

Symantec confirme que le code source de pcAnywhere circule sur le net

«Symantec est malmené par les pirates. Le célèbre éditeur de logiciels de sécurité a confirmé que suite à son refus de payer une rançon de 50 000 dollars au groupe de pirates YamaTough, le code source de pcAnywhere a été diffusé sur les réseaux Torrent. Cette action laisse craindre que d'autres pirates exploitent des failles de sécurité dans le logiciel. Même si Symantec se veut rassurant, cette affaire est à prendre au sérieux. Suite au vol du code source de pcAnywhere, un logiciel de téléintervention permettant de prendre le contrôle à distance d'un ordinateur, l'éditeur de logiciel américain a été contacté par le groupe de hacker YamaTough. Ce dernier réclamait une rançon de 50 000 dollars pour détruire le code source en sa possession. Sentant que Symantec essayer de gagner du temps pour mettre au point des pactchs de sécurité et collaborer avec les autorités pour les identifier, le groupe de pirates a divulgué le code source sur les réseaux Peer To Peer. Par mesure de sécurité, Symantec avait demandé à ses clients de bien utiliser la dernière version du logiciel. Cependant, il craint tout de même qu'en possédant le code source, d'autres pirates soient capables de trouver des failles et de les utiliser pour s'en prendre aux utilisateurs du logiciel. Toutefois, Symantec dit qu'il s'attendait à cette divulgation. « Symantec se préparait à ce que le code soit mis en ligne à un moment donné et a développé et distribué une série de correctifs dès le 23 janvier pour protéger nos clients contre la découvertes de failles. », a déclaré Cris Paden, porte-parole de l'entreprise. Il ajoute que les clients qui ont bien effectué les dernières mises à jour ne craignent quasiment rien.»...
Source: http://www.degroupnews.com | Source Status Categories: Tendances,Vulnérabilités Informationnelles


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Tendances,Vulnérabilités Informationnelles | Admin | Cache

02 07 2012 8:55:47

SFRBox : son reseau Wi-Fi vous fait risquer gros

«Une faille de sécurité a été dévoilée récemment dans la SFRBox. Il s'agit plus particulièrement de la façon dont elle gère le SFR Wi-Fi Public, son réseau Wi-Fi partagé. Les personnes qui ont un identifiant SFR et qui se connectent au réseau sans fil de votre box peuvent non seulement accéder à Internet, ce qui est plutôt normal, mais le font sans qu'il y ait une distinction entre vous et elles. Autrement dit, il semblerait qu'elles utilisent la même adresse IP que celle de la connexion principale. Dès lors, outre les questions de sécurité locale, se pose la question de l'identification des tiers qui peuvent utiliser cette connexion pour se livrer à des actes répréhensibles.»...
Source: http://www.01net.com | Source Status Categories: Vulnérabilités Informationnelles,Crise/Analyse de Crise,Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Vulnérabilités Informationnelles,Crise/Analyse de Crise,Tendances | Admin | Cache

02 03 2012 23:32:12

Reseaux sociaux (3/3) : ces algorithmes qui nous gouvernent

«Les 12 et 13 décembre 2011 se tenait à Lyon un colloque universitaire sur les réseaux sociaux organisé par l'Institut rhône-alpin des systèmes complexes. Suite et fin de notre retour sur ces deux jours, pour mieux comprendre le rôle et l'impact des réseaux sociaux... Les algorithmes peuvent-ils se tromper ? Tarleton Gillespie professeur associé à l'université Cornell devait conclure ces deux jours, mais il n'a pu être présent. Il semblait néanmoins intéressant de jeter un oeil sur son propos qu'il a notamment développé sur CultureDigitally : est-ce que les algorithmes peuvent se tromper ? L'implication publique des plateformes privées. La réflexion de Tarleton Gillespie prend son origine dans les contestations émises à l'encontre de Twitter, accusé de censurer sa liste de Tendances. En fait, cette accusation, récurrente, montre que le fonctionnement de cette liste n'est pas conforme à ce que nous voudrions qu'il soit. Pourquoi Twitter semble-t-il favoriser des sujets people ou banal à des sujets de fonds comme le mouvement #occupywallstreet, l'actualité de #wikileaks, l'exécution de #troydavis ou même la mort de #stevejobs ? Pourquoi ses sujets ne sont-ils pas devenus tendances ? En fait, Twitter ne censure certainement rien. L'absence de ces sujets dans les listes de tendance est due à la dynamique particulière de l'algorithme de Twitter. La liste de tendance ne mesure pas la popularité d'un sujet, mais prend en compte bien sur le nombre de tweets, mais également l'accélération de l'utilisation du terme, qu'il évalue par rapport à un niveau "moyen" de bavardage. En discute-t-on dans plusieurs réseaux de personnes ou seulement dans un pôle densément interconnecté d'utilisateurs ? Evoque-t-on des tweets différents ou des re-tweets massifs ? En fait, les tendances de Twitter ne cherchent pas les mots les plus tweetés, ni les sujets les plus populaires (certains le resteraient indéfiniment), mais tendent à regarder l'évolution de ceux-ci. Bien sur, la vigueur et la persistance de la charge de la censure n'est pas surprenante, estime Tarleton Gillespie. Les partisans de ces efforts politiques veulent désespérément que leur sujet gagne en visibilité. Reste que ces débats sur les outils ne font que commencé. "Comme de plus en plus de notre discours public en ligne a lieu sur un ensemble restreint de plates-formes de contenus privés, qui utilisent des algorithmes complexes pour gérer et organiser des collections massives de données, il existe une tension importante entre ce que nous nous attendons à voir émerger et ce que sont ces algorithmes en réalité.»...
Source: http://internetactu.blog.lemonde.fr | Source Status Category: Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Tendances | Admin | Cache

02 03 2012 8:45:37

la Soka Gakkai : un mouvement sectaire protege par l'Etat ? | Association E.V.A

«Introduction La Sōka Gakkai, littéralement « société pour la création de valeurs », est une organisation créée en 1930 au Japon, issue du Bouddhisme de Nichiren, moine mystique, et en particulier de la Nichiren ShōshÅ«, à laquelle la Sōka Gakkai était liée jusqu'à la rupture en 1991. Nichiren prêchait un bouddhisme pour le moins radical. Nichiren prônait en effet la dévotion exclusive au Sutra du Lotus, qui constituait selon lui, la forme unique et définitive du bouddhisme, la « Loi correcte ». Estimant que sa compréhension n'était pas à la portée de tous, il en arriva à déclarer que la seule dévotion à ce sutra permettait d'atteindre l'Eveil : « Partant de l'idée que la lettre même du Sutra possédait une vertu salutaire, il en était bientôt arrivé à affirmer que cette vertu se trouvait en quelque sorte concentrée dans le titre du Livre, et que par conséquent le prononcé de ce titre en valait la lecture. Il suffisait en somme d »...˜invoquer » le Livre pour bénéficier de cette vertu2. » Et la récitation du mantra « Nam Myo Renge Kyo » (Je rends hommage au Sutra du Lotus3) constitue aujourd'hui encore l'essentiel de la pratique « religieuse » de la Soka Gakkai. L'organisation s'étend à 192 pays et revendique près de 12 millions de fidèles.» [...] «Entre espoir et terreur : A ce stade, l’attitude de l’adepte pourrait être comparée à celle d’un individu souffrant d’une passion maladive du jeu. En effet, comme le joueur contraint par une pulsion irrésistible à remiser sans cesse dans l’espoir de « se refaire », et d’enfin « rafler la mise », l’adepte s’enferme dans un comportement compulsif qui l’entraîne à pratiquer toujours plus, dans l’espoir irraisonné du « gain » tant espéré. Impossible d’avoir tant perdu pour ne pas finir par gagner. Impossible, après tant d’efforts et de sacrifices, de ne pas obtenir enfin de bénéfices. Ce résultat si merveilleux, si attendu porte un nom, c’est le « kuduku », et son contraire, c’est le « bachi » (prononcer « batchi »). Celui-là, c’est le résultat négatif, celui qui nous tombe dessus parce que l’on a planté des causes négatives. Par exemple, lorsque l’on dit du mal de la pratique, des pratiquants, ou quand d’une façon ou d’une autre on a cherché à nuire à la Soka Gakkai, et le bachi peut être terrible : maladie grave, accident soudain… (…). C’est pourquoi vous ne rencontrez pas de pratiquants pour dénoncer les pratiques de la Soka Gakkai, car ils ont peur du bachi, et puis ils ont fait tant d’efforts pendant tant de temps, qu’ils espèrent qu’un jour, peut-être, ils ramasseront tout de même le kuduku qui changera leur vie en joie (Extrait du témoignage d’une ex-adepte). » L’absence de résultats qui tend à marginaliser l’adepte vis à vis du groupe, le conduit parfois à un véritable déni de la réalité, comme nous l’explique Florence Lacroix : « Si l’adepte n’obtient pas la réalisation de ses désirs, souvent légitimes d’ailleurs, c’est qu’il pratique mal. Alors, un supérieur hiérarchique l’aide à rectifier le tir, mais si ça ne donne rien, la non réalisation de ce désir devient une menace pour la cohésion du groupe. Surtout s’il commence à douter. (…) Il est à un moment où, à force de se voir accusé de ne pas pratiquer correctement, l’adepte culpabilisé va finir par altérer sa propre évaluation de sa situation et peu à peu, abdiquer sa faculté de jugement. Il va en arriver à s’autopersuader que sa situation s’améliore à vue d’œil, que certes ça pourrait aller mieux, mais que ça pourrait aussi être pire. « . Arrêter la pratique signifie pour l’adepte, non seulement renoncer aux bienfaits qu’il aurait pu obtenir en persévérant, mais également perdre tout ce qu’il croit avoir acquis depuis le début grâce à elle. Ayant souvent rencontré l’organisation et commencé à pratiquer alors qu’il traversait une situation difficile, l’idée même de s’en éloigner fait naître en lui une insupportable angoisse, et le laisse en proie à une véritable terreur : « La terreur, c’est quand l’adepte est persuadé que s’il arrête la pratique et sort de la Soka Gakkai, il perdra non seulement ce qu’il aurait pu obtenir dans une pratique « correcte », donc un bienfait virtuel, mais aussi ce qu’il possède déjà, la santé, un revenu minimum, son domicile, son conjoint, etc. Il se sent habité par une peur irraisonnée qui s’étend par cercles concentriques à chacun des domaines de la vie. La terreur est à la mesure de l’espoir dont elle est la face noire. Son jaillissement sanctionne la perte de l’espoir. Autrement dit, l’adepte a le choix entre se claquemurer dans un espoir déréalisant ou éprouver une terreur épouvantable et qui crée une tension bien plus éprouvante. La terreur est mitoyenne de l’espoir, et c’est cette mitoyenneté qui enferme l’adepte dans une déréalisation parfois stupéfiante. Elle est alimentée par les menaces spirituelles faites téléphoniquement ou par courrier aux adeptes qui s’éloignent de la secte. Ils doivent alors s’attendre à développer un cancer, à perdre leur emploi ou leur conjoint, etc. (Florence Lacroix). » Les dangers du mantra : Un mantra est une formule sacrée (phrase ou simple syllabe) censée posséder un pouvoir spirituel. L’usage du mantra se retrouve dans l’hindouisme et le bouddhisme (principalement dans le courant « Vajrayana « ). « Le principe est simple : il s’agit de répéter un son, une syllabe ou une phrase à un rythme variable. (…) L’important n’est pas la signification de la phrase prononcée, mais bien la prononciation rituelle du mantra dont l’efficacité résulte de la répétition rythmée du son, soit à haute voix, soit à voix basse, soit encore mentalement (…). » Mais l’emploi du mantra n’est pas anodin et sa répétition forcenée peut présenter des risques : « [le mantra] peut avoir une signification ou non. On le dit et le redit des centaines ou des milliers de fois par jour pour apaiser son esprit et progresser. Mais attention ! Le mantra n’est pas neutre. (…)La fréquence de la répétition doit être adaptée aux possibilités des uns et des autres. S’il est mal dosé, il peut provoquer des troubles : excitation, hallucinations, auto hypnose (…). » De nombreux spécialistes comme le docteur Jean-Marie Abgrall, s’accordent sur les dangers possibles d’une telle pratique : « L’emploi des mantra est une des techniques les plus répandues dans les sectes. Son apparence caricaturale, sa banalisation masquent bien souvent des dangers véritables. Le mot mantra vient du sanscrit « formule sacrée ». Dans les sectes, il est de surcroît un « instrument de pensée. » (…)Cette répétition permet d’obtenir une baisse de vigilance qui peut conduire au sommeil hypnotique, voire à la transe. » On connaît le fameux mantra « Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna, Krishna, Krishna, Hare, etc. » des membres de l’A.I.C.K. « La Soka Gakkai (…) utilise largement ce processus de répétition pour ancrer les termes et la doctrine dans le mental, de même que pour impliquer physiquement et psychologiquement le sujet qui consacre par ce biais temps et énergie à la secte. » La pratique exigée des adeptes de la Soka Gakkai, comme nous l’avons vu, consiste en la récitation de la formule « Nam Myho Renge Kyo », dont la répétition est censée apporter d’innombrables bienfaits et conduire immanquablement au succès désiré. La durée de la récitation peut être variable et peut se voir prolongée pendant des heures en vue d’un résultat déterminé. Ainsi, le pratiquant peut être amené à faire un million de daimoku dans un but précis, ou pour obtenir la solution d’un problème. Une telle pratique peut paraître saugrenue, mais il ne faut toutefois pas en négliger les effets et les dangers, ni « minimiser le phénomène d’hypnose auto-suggestive des mantras répétés à l’infini (parfois durant des heures, des nuits entières. . . ) qui crée une accoutumance et produit un effet aliénant. » S’il est vrai que ces séances de récitation procurent à court terme des sensations d’apaisement et de bien-être, il n’en demeure pas moins qu’elles peuvent fragiliser le psychisme de la personne à son insu, la rendant perméable à toutes formes de suggestions, l’entraînant malgré elle « au seuil de l’auto hypnose, dans une zone où elle perdra tout esprit critique et laissera pénétrer sans le savoir le discours du Maître au plus profond de son subconscient même. » »...
Source: http://evasso.wordpress.com | Source Status Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence | Admin | Cache

02 03 2012 8:44:54

la Soka Gakkai : un mouvement sectaire protege par l'Etat ? | Association E.V.A

«Introduction La Sōka Gakkai, littéralement « société pour la création de valeurs », est une organisation créée en 1930 au Japon, issue du Bouddhisme de Nichiren, moine mystique, et en particulier de la Nichiren ShōshÅ«, à laquelle la Sōka Gakkai était liée jusqu'à la rupture en 1991. Nichiren prêchait un bouddhisme pour le moins radical. Nichiren prônait en effet la dévotion exclusive au Sutra du Lotus, qui constituait selon lui, la forme unique et définitive du bouddhisme, la « Loi correcte ». Estimant que sa compréhension n'était pas à la portée de tous, il en arriva à déclarer que la seule dévotion à ce sutra permettait d'atteindre l'Eveil : « Partant de l'idée que la lettre même du Sutra possédait une vertu salutaire, il en était bientôt arrivé à affirmer que cette vertu se trouvait en quelque sorte concentrée dans le titre du Livre, et que par conséquent le prononcé de ce titre en valait la lecture. Il suffisait en somme d »...˜invoquer » le Livre pour bénéficier de cette vertu2. » Et la récitation du mantra « Nam Myo Renge Kyo » (Je rends hommage au Sutra du Lotus3) constitue aujourd'hui encore l'essentiel de la pratique « religieuse » de la Soka Gakkai. L'organisation s'étend à 192 pays et revendique près de 12 millions de fidèles.» [...] «Entre espoir et terreur : A ce stade, l’attitude de l’adepte pourrait être comparée à celle d’un individu souffrant d’une passion maladive du jeu. En effet, comme le joueur contraint par une pulsion irrésistible à remiser sans cesse dans l’espoir de « se refaire », et d’enfin « rafler la mise », l’adepte s’enferme dans un comportement compulsif qui l’entraîne à pratiquer toujours plus, dans l’espoir irraisonné du « gain » tant espéré. Impossible d’avoir tant perdu pour ne pas finir par gagner. Impossible, après tant d’efforts et de sacrifices, de ne pas obtenir enfin de bénéfices. Ce résultat si merveilleux, si attendu porte un nom, c’est le « kuduku », et son contraire, c’est le « bachi » (prononcer « batchi »). Celui-là, c’est le résultat négatif, celui qui nous tombe dessus parce que l’on a planté des causes négatives. Par exemple, lorsque l’on dit du mal de la pratique, des pratiquants, ou quand d’une façon ou d’une autre on a cherché à nuire à la Soka Gakkai, et le bachi peut être terrible : maladie grave, accident soudain… (…). C’est pourquoi vous ne rencontrez pas de pratiquants pour dénoncer les pratiques de la Soka Gakkai, car ils ont peur du bachi, et puis ils ont fait tant d’efforts pendant tant de temps, qu’ils espèrent qu’un jour, peut-être, ils ramasseront tout de même le kuduku qui changera leur vie en joie (Extrait du témoignage d’une ex-adepte). » L’absence de résultats qui tend à marginaliser l’adepte vis à vis du groupe, le conduit parfois à un véritable déni de la réalité, comme nous l’explique Florence Lacroix : « Si l’adepte n’obtient pas la réalisation de ses désirs, souvent légitimes d’ailleurs, c’est qu’il pratique mal. Alors, un supérieur hiérarchique l’aide à rectifier le tir, mais si ça ne donne rien, la non réalisation de ce désir devient une menace pour la cohésion du groupe. Surtout s’il commence à douter. (…) Il est à un moment où, à force de se voir accusé de ne pas pratiquer correctement, l’adepte culpabilisé va finir par altérer sa propre évaluation de sa situation et peu à peu, abdiquer sa faculté de jugement. Il va en arriver à s’autopersuader que sa situation s’améliore à vue d’œil, que certes ça pourrait aller mieux, mais que ça pourrait aussi être pire. « . Arrêter la pratique signifie pour l’adepte, non seulement renoncer aux bienfaits qu’il aurait pu obtenir en persévérant, mais également perdre tout ce qu’il croit avoir acquis depuis le début grâce à elle. Ayant souvent rencontré l’organisation et commencé à pratiquer alors qu’il traversait une situation difficile, l’idée même de s’en éloigner fait naître en lui une insupportable angoisse, et le laisse en proie à une véritable terreur : « La terreur, c’est quand l’adepte est persuadé que s’il arrête la pratique et sort de la Soka Gakkai, il perdra non seulement ce qu’il aurait pu obtenir dans une pratique « correcte », donc un bienfait virtuel, mais aussi ce qu’il possède déjà, la santé, un revenu minimum, son domicile, son conjoint, etc. Il se sent habité par une peur irraisonnée qui s’étend par cercles concentriques à chacun des domaines de la vie. La terreur est à la mesure de l’espoir dont elle est la face noire. Son jaillissement sanctionne la perte de l’espoir. Autrement dit, l’adepte a le choix entre se claquemurer dans un espoir déréalisant ou éprouver une terreur épouvantable et qui crée une tension bien plus éprouvante. La terreur est mitoyenne de l’espoir, et c’est cette mitoyenneté qui enferme l’adepte dans une déréalisation parfois stupéfiante. Elle est alimentée par les menaces spirituelles faites téléphoniquement ou par courrier aux adeptes qui s’éloignent de la secte. Ils doivent alors s’attendre à développer un cancer, à perdre leur emploi ou leur conjoint, etc. (Florence Lacroix). » Les dangers du mantra : Un mantra est une formule sacrée (phrase ou simple syllabe) censée posséder un pouvoir spirituel. L’usage du mantra se retrouve dans l’hindouisme et le bouddhisme (principalement dans le courant « Vajrayana « ). « Le principe est simple : il s’agit de répéter un son, une syllabe ou une phrase à un rythme variable. (…) L’important n’est pas la signification de la phrase prononcée, mais bien la prononciation rituelle du mantra dont l’efficacité résulte de la répétition rythmée du son, soit à haute voix, soit à voix basse, soit encore mentalement (…). » Mais l’emploi du mantra n’est pas anodin et sa répétition forcenée peut présenter des risques : « [le mantra] peut avoir une signification ou non. On le dit et le redit des centaines ou des milliers de fois par jour pour apaiser son esprit et progresser. Mais attention ! Le mantra n’est pas neutre. (…)La fréquence de la répétition doit être adaptée aux possibilités des uns et des autres. S’il est mal dosé, il peut provoquer des troubles : excitation, hallucinations, auto hypnose (…). » De nombreux spécialistes comme le docteur Jean-Marie Abgrall, s’accordent sur les dangers possibles d’une telle pratique : « L’emploi des mantra est une des techniques les plus répandues dans les sectes. Son apparence caricaturale, sa banalisation masquent bien souvent des dangers véritables. Le mot mantra vient du sanscrit « formule sacrée ». Dans les sectes, il est de surcroît un « instrument de pensée. » (…)Cette répétition permet d’obtenir une baisse de vigilance qui peut conduire au sommeil hypnotique, voire à la transe. » On connaît le fameux mantra « Hare Krishna, Hare Krishna, Krishna, Krishna, Krishna, Hare, etc. » des membres de l’A.I.C.K. « La Soka Gakkai (…) utilise largement ce processus de répétition pour ancrer les termes et la doctrine dans le mental, de même que pour impliquer physiquement et psychologiquement le sujet qui consacre par ce biais temps et énergie à la secte. » La pratique exigée des adeptes de la Soka Gakkai, comme nous l’avons vu, consiste en la récitation de la formule « Nam Myho Renge Kyo », dont la répétition est censée apporter d’innombrables bienfaits et conduire immanquablement au succès désiré. La durée de la récitation peut être variable et peut se voir prolongée pendant des heures en vue d’un résultat déterminé. Ainsi, le pratiquant peut être amené à faire un million de daimoku dans un but précis, ou pour obtenir la solution d’un problème. Une telle pratique peut paraître saugrenue, mais il ne faut toutefois pas en négliger les effets et les dangers, ni « minimiser le phénomène d’hypnose auto-suggestive des mantras répétés à l’infini (parfois durant des heures, des nuits entières. . . ) qui crée une accoutumance et produit un effet aliénant. » S’il est vrai que ces séances de récitation procurent à court terme des sensations d’apaisement et de bien-être, il n’en demeure pas moins qu’elles peuvent fragiliser le psychisme de la personne à son insu, la rendant perméable à toutes formes de suggestions, l’entraînant malgré elle « au seuil de l’auto hypnose, dans une zone où elle perdra tout esprit critique et laissera pénétrer sans le savoir le discours du Maître au plus profond de son subconscient même. » »...
Source: http://evasso.wordpress.com | Source Status Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence | Admin | Cache

02 02 2012 11:2:31

Bottin contre Google Maps : le vieux monde contre-attaque

«Surprenante, la décision du tribunal de commerce de Paris de condamner Google Maps suite à la plainte d'une boite française de cartographie. Je ne connais pas grand chose au droit de la concurrence, mais l'idée qu'il soit possible d'interdire la fourniture gratuite d'un service au prétexte que d'autres cherchent à facturer exactement la même chose a quelque chose d'un peu dérangeant. Bottin Cartographes reprochait en effet au géant US de mettre ses cartes et ses systèmes de géolocalisation à la disposition gracieuse du public et des professionnels et de se rémunérer sur la pub. On comprend que ça soit casse-pied, surtout si c'est tout ce que l'on à vendre soi-même, mais de là à obtenir 500 000 euros de dédommagement #en sus d'une amende de 15 000 euros#... S'intéressant à d'autres univers ...• la presse, les petites annonces ...• le même tribunal serait sans doute fondé à condamner Atlantico pour concurrence déloyale à l'égard de ses confrères de papier vendus en kiosque et le "Bon coin" pour méchanceté à l'égard de feu Paris Boum-Boum et ses vendeurs payants de clic-clacs d'occasion. Bon, pour le coup, c'est davantage pour abus de position dominante que Goliath est puni #et Atlantico n'en est pas encore là bien que l'avenir lui appartienne#, mais tout de même ! Google, qui fait appel, réfute d'ailleurs toute idée d'absence de concurrence dans ce domaine, même si l'on se doute que se bagarrer contre Google Maps n'est pas exactement une bonne idée pour qui craint d'en prendre plein la figure. Dans l'attente d'une seconde décision, ses juristes doivent toutefois bien se fendre la poire : le tribunal lui impose de publier sa condamnation dans cinq quotidiens traditionnels mais ignore totalement la presse en ligne. Si c'était pour mettre les utilisateurs de Google Maps au courant, c'est râpé.»...
Source: http://www.atlantico.fr | Source Status Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Crise/Analyse de Crise,Tendances | Admin | Cache

02 01 2012 20:36:14

« Le Mur » de tous les dangers...

«Le Mur devait être l'amorce d'une série documentaire destinée à traduire au mieux la réalité de la psychanalyse française actuelle. Mais Le Mur aujourd'hui est l'objet d'un jugement sans précédent qui le met gravement en cause. Prononcée le 26 janvier 2012 par le Tribunal de Grande Instance de Lille, cette décision donne raison aux trois psychanalystes interrogés dans le film qui ont poursuivi pour « atteinte à l'image et à la réputation », la réalisatrice Sophie Robert et l'association Austistes sans frontière qui diffuse le film sur son site. Ils estiment que les propos tenus et retenus par la réalisatrice, ont été « dénaturés ». Le tribunal leur a donné raison condamnant notamment Sophie Robert à leur verser un total de 34 000 euros, et à retirer les (longs) extraits des interviews du film. Le jugement repose sur le principe du travail de montage remettant en question le travail même d'un auteur de documentaires. La Scam s'inquiète de cette décision qui voit le juge s'immiscer dans le travail de montage d'un documentaire. Le juge a reconnu qu'il n'y avait pas d'atteinte au droit à l'image des interviewés et qu'ils ne sont pas co-auteurs du film. Il aurait du s'arrêter là. Le juge n'est pas un auteur, il n'a pas à s'immiscer dans le travail de montage d'un film documentaire et encore moins demander à le remonter. La Scam tient aussi à faire observer que les psychanalystes interviewés, s'ils estimaient que le documentaire ne retranscrivait pas fidèlement leurs propos, auraient parfaitement pu demander à exercer un droit de réponse. Aux termes de cette décision, l'obligation de respecter les propos des interviewés se pose donc comme une nouvelle limite à la liberté d'expression, une sorte de droit moral sur les propos des interviewés dépourvu de tout fondement légal. Les accusateurs confondent le fait de montrer le réel sous un angle choisi par le réalisateur avec dénaturer, transformer celui-ci. Or ces accusations s'adressent à toute une profession puisqu'ils qualifient de dénaturation et de tromperie possibles tout travail de montage d'un film documentaire. Il est préoccupant qu'ils aient pu obtenir l'assentiment du juge sur une telle position.»...
Source: http://www.scam.fr | Source Status Categories: Crise/Analyse de Crise,Lobbying/Analyse de Lobbying,Stratégie d'Influence et de Contre-influence


Posted by "G.C.'s newsbot" Permalink | Categories: Crise/Analyse de Crise,Lobbying/Analyse de Lobbying,Stratégie d'Influence et de Contre-influence | Admin | Cache